E-commerce en Tunisie…………. Bien Réussir l'impossible!

Formation & Expertise en E-commmerce

Vendre sur Internet en Tunisie.

E-conscience & BIG DATA : L’e-président de l’immortalité II ( Le Manager 220)

E-conscience & BIG DATA : L’e-président de l’immortalité II

Wissem

Le « BIG DATA » ce terme qui n’arrête pas son expansion  avec l’énorme volume des  données et comme disent les anglophones « Not Too Big Enough » pour cerner toutes les données numériques; tellement en expansion infinie qu’il ressemble à  celle de notre Univers !

E-Vie éternelle (suite)

Petit Rappel: Le mouvement « H+ » ou « Transhumain » est  employé pour désigner amélioration humaine grâce à  la fusion entre homme et machine. Apres avoir abordé dans l’article précédent (mai-2016) le futur e-président qui rêve d’offrir aux humains une vie éternelle en imprimant des organes humains  garanties à vie (Pancréas, Poumons…) avec des imprimantes 3D en fusionnant  l’homme avec  la machine grâce à des puces dotées d’une intelligence artificielle : Une idée me vient à l’esprit dans le  cas  où cette quantité énorme de données massives utilisées pour créer nos futurs transhumanistes se mélangent aléatoirement ou deviennent ingérables ; que ce qui va se passer  ? Comment sera notre vie ou celle de nos enfants !?

A titre d’information « Big Data »appelé parfois méga-données désignent des données qui deviennent tellement volumineuses qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de l’information  

A titre d’information « Big Data »appelé parfois méga-données désignent des données qui deviennent tellement volumineuses qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de l’information.

Big Data s’explose un E-jour !

Pour montrer la grande importance et la criticité de ce Big Data,  tout en vous épargnant  les termes techniques que je compare aux ordonnances délivrées par les médecins que seuls les pharmaciens peuvent décrypter, bien sur  à l’exception des ordonnances médicales des Estoniens (LeManager N°217) qui sont prescrites sur la carte e-citoyen : J’ai toujours dans mon esprit un scénario dans le quel un jour « E » comme E-jour  les gens essaient d’utiliser leurs  cartes bancaires (VISA ou MasterCard) , certains trouvent que leurs comptes sont crédités de milliers ou millions de dollars dont ils ne connaissant pas la source ; c’est le bonheur total ils commencent à retirer  de l’argent comme s’ils viennent de gagner au Loto et d’autres trouveront leurs comptes débiteurs d’une façon étrange , certaines transactions sont éditées par erreur sur d’autres comptes ; comme le compte créditeur  du milliardaire Monsieur « Saîd Farhani  » sera attribué par erreur  à Monsieur « Foulen Nahssani » et inversement  ; En d’autre terme les balances des comptes , les opérations seront mélangées à tort aléatoirement à cause des erreurs de gestion des données ou d’un bug du  système d’information , certains deviennent milliardaires et d’autres seront ruinés ce même jour « E » .

En vous informant que le secteur bancaire dans le monde détient le plus grand volume de données après Google qu’on estime qu’il fait en moyenne 3,3 milliards de requêtes de recherche chaque jour ;  Imaginez un instant cette situation avec ce volume astronomique des données bancaires, des millions de comptes et des milliards de transactions : Les banquiers ou gestionnaires des systèmes d’information auront beaucoup de sueur en imaginant ce scenario qui n’est qu’est un exemple parmi plusieurs pour montrer l’importance de la gestion de l’information et la  criticité du Big Data. Déjà dans un sujet annexe SWIFT a indiqué le vendredi 13 mai dans un communiqué que des pirates ont réussi à accéder à son  système de messages interbancaires supposé ultra-sécurisé et ont détourné des fonds. À titre d’information SWIFT est un réseau interbancaire pour  transferts de l’argent comme des milliards de dollars chaque jour , dont un milliard de notre Monsieur Farhani qu’on a cité dans notre  scenario hollywoodien.

Not Too Big Enough

Certains auront froid au dos en imaginant un scenario pareil ; d’autres vont croire que  ça n’arrive jamais et qu’ils sont épargnés d’une telle erreur ou dysfonctionnements des Systèmes. Mais tant qu’on est cette terre on n’est jamais à l’abri d’un scenario pareil ; d’ailleurs c’est notre vie qui est en jeu chaque jour : Aucun domaine n’est exclu de  l’avènement du Big Data, à titre d’exemple  la gouvernance, la santé, la médecine, l’espace, l’aéronautique et sans oublier bien sur les fameux quatre  acteurs du grand public  connu sous le nom de « GAFA » (Google Apple, Facebook, Amazon)

OUI sûrement pour la médicine BIG DATA pour l’exploitation par les chercheurs scientifiques du matériel génétique de nos ADN pour la bonne cause afin d’élucider les mystères de certaines maladies, prédire leur évolution et surtout pour que nos enfants ne connaitront jamais cours de leur vie des maladies incurables comme celle de l’autisme ou VIH.

OUI pour l’exploitation du Big Data pour la gestion du trafic routier quotidien, gestion des véhicules, désengorger ses métros bondés, assurer la sécurité routière de milliers de citoyens, trouver une solution du casse-tête de l’automobiliste cherchant une place parking au cœur de ville comme l’a fait récemment « ZenPark » l’opérateur de parking partagé automatisé en Europe ou on estime en moyenne que 30% des embouteillages  sont causés par des personnes cherchant des places de parking !  

OUI pour ce qui travaillent pour faire des applications qui prédisent certaines maladies comme le cancer avant qu’elles ne se manifestent dans nos cellules ;  alors que dans notre chère capitale l’horaire des cars et métros est  encore du domaine de la  prédiction de l’avenir ou lié à l’astrologie : Qui n’a pas posé dans les stations du transport  l’originelle question quantique e-estonienne : « Quand passe le métro du 10h, SVP ? ».

OUI pour utiliser le Big Data pour trouver une  planète sœur dans l’univers  que la NASA finira par découvrira tôt ou tard  pour se préparer où cas à la vie serait  impossible sur notre planète terre détruite par la conscience des humains (ou par celle de la e-conscience  des Transhumain H+).

OUI pour utilisation de BIG DATA pour aider les réfugiés, les naufragés, réduire l’exploitation sauvage des humaines dans certains pays de l’Asie et  aider nos semblables en Birmanie.

OUI OUI++ et pas assez de OUI  pour tout ce qui peut  faciliter nos taches quotidiennes, apporter de bonheur à nos êtres chers  et rendre le monde moins souffrant de ce qu’on est entrain de vivre actuellement .

NON au “Big data watching you”!!

Le Projet « Facebook M », actuellement en phase de test, la frime de Zuckerberg travaille pour rendre Facebook votre assistant personnel et votre conseiller. Après l’analyse de ce que vous avez liker  Desliker (Liker est devenu presque un verbe français) commenter, vos amis, vos états d’âmes grâce aux émoticônes  et bientôt des capteurs ou la casque VR (autres sujet critique)  « Facebook M» devrait être en mesure d’anticiper nos  besoins grâce à Big Data couplé  à l’intelligence artificielle. En deux mot prédire nos intentions pour les commercialiser : Il va vous prédire carrément à un instant quoi manger (sucré, acide, gras…), quel événement vous allez y  assister, dans quel hôtel, quelle route prendre, quel vêtement acheter et même suggérer avec qui y aller !  Parfois on appelle ce système moitié Robot moitié Humain !

Certains pays sont même entrain de tester « PRECOP » une police prédictive qui peut vous surveiller et arrêter avant même d’avoir fait le crime en analysant vos données grâce au « Big Brother  watching you » et précisément « Big Data watching you ». Les logiciels et les algorithmes relatifs  deviennent des décideurs, certaines banques comment à tester même des systèmes zéro humain pour attribuer des crédits ou  gestion des projets à risque.

C’est dans ce cadre que la maison blanche a fini par  publier  début du mois de Mai un rapport intitulé « BigData: Report on Algorithmic Systems, Opportunity, and Civil Rights » , dans ce rapport l’administration de Barack Obama s’inquiète des  problèmes et défis posés par ce monde de plus en plus automatisé , soumis aux décisions automatisés élaborées par des systèmes Big Data basés sur l’apprentissage machine par l’intelligence artificielle ; les défauts et pauvreté des algorithmes peuvent provoquer de sérieux problèmes. Ce rapport a pour objectifs d’identifier les problèmes liés aux systèmes algorithmiques qui peuvent faire n’importe quoi en analysant les données d’une façon erronée menant à une décision parfois catastrophique.

E-conscience : « Papa, est ce que les robots peuvent aller au paradis ? » 

Trouver un cadre éthique,  pousser les responsables académiques, régulateurs et citoyens du monde à discuter, mener des recherches et prendre surtout des actions en urgence est la seule solution.  Déjà ma fille m’a demandé récemment : « Papa, est ce que les robots peuvent aller au paradis ? » et chaque fois elle me réitère la question ; ce que j’ai pu trouver comme réflexion : s’ils développent leurs propres e-consciences ça sera bien  probable !

Avant que les robots trouvent leurs propres e-consciences,  nous commandent et que  notre sort dépendra de leurs algorithmes du monde ; Notre conscience doit  toujours être éveillée,  il faut s’assurer  moins d’une sauvegarde de conscience humaine qui connaît intuitivement le mal et le bien où cas ou ces algorithmes prennent notre contrôle. D’ailleurs l’écrivain Danier H. Wilson a publié en 2011 un livre en anglais  intitulé « Robopocalypse »  ou les robots  surpuissants se révoltent en menant l’humanité à un stade proche de l’extinction ; en attendant que le  Big Data retrouve sa dimension naturelle humaine  prions ensemble que se livre « Robopocalypse »  restera  dans la catégorie de la science-fiction et non pas dans celle de  l’histoire !

robo